jeudi 1 octobre 2015

L'Eveil

Bonjour mes ami(e)s, voici ma chronique/interview.



Bastien Pantalé 

vous présente 


son roman 


" L'Eveil " 







Quatrième de couverture.


Entre petits boulots et découverte d'un monde riche en couleurs, Ethan est un jeune homme sans histoire qui porte un regard très personnel sur ce qui s'offre à ses yeux. Son goût pour l'observation - proche du voyeurisme - va être perturbé par sa rencontre avec une intrigante jeune femme.
Témoin malheureux d'un enlèvement, il va devoir choisir entre sa petite vie tranquille et sa responsabilité vis à vis de la victime. Au fil de l'enquête, Ethan se découvrira des facultés étonnantes et comprendra très vite que son implication est non seulement nécessaire mais douloureusement révélatrice. 



Qu'est-ce que j'en ai pensé?


Quand Bastien m'a proposé de lire son roman, je me suis dirigée vers Amazon pour avoir une idée plus précise de la nature de son ouvrage. Etant une foldingue de thriller/policier/suspense, j'ai lu la quatrième de couverture et ma curiosité a pris le dessus comme d'habitude me direz-vous!. Sur-ce, je me suis donc lancée dans la lecture de ce roman et bien m'en a pris. J'ai été agréablement surprise par le style de l'auteur. L'assurance, la maîtrise, la maturité m'ont épatée. La phraséologie est juste, clairvoyante. L'histoire n'est pas une fiction comme je me l'imaginais, surréaliste. Que du contraire, l'intrigue est très bien menée. L'auteur vous pilote intelligemment en vous imprégnant du ressenti de ses personnages. Vous suivez Ethan, un jeune homme menant une vie normale. Normale...oui, mais avec une légère addiction, celle du voyeurisme. Sans en dévoiler trop, notre voyeur va faire une rencontre qui va bouleverser son petit train-train  habituel. 
Le paranormal y est décrit avec beaucoup de cohésion sans rentrer dans l'exagération. En parlant de paranormal, je relaterai plutôt un développement des sens, l’ouïe, et les possibilités qu'a notre cerveau . La psychologie des personnages y est traitée avec un extrême discernement. 
Le thriller et la fiction s'entremêlent et nous embarquent dans une allégorie ou le suspense, les émotions, la peur y sont retranscrits largement. 
Le tragique, l'amour, la fatalité y sont représentés avec finesse et délicatesse. Les personnages sont captivants. Vous suivez leurs histoires qui s’emboîtent et là....l'alchimie  opère. Vous vous surprenez indirectement à visionner le scénario sur grand écran. 
Pour conclure, j'ai passé un agréable moment  de lecture et je vous le recommande! 


Merci à Bastien Pantalé d'avoir très gentiment répondu à mon interview.


 Pourrais-tu me décrire en quelques lignes ta venue dans le monde de l'écriture ?


Presque du jour au lendemain finalement. J’ai toujours aimé écrire, mais cela se bornait à des rédactions appréciées de mes professeurs ou à des correspondances diverses.
Début 2014, mes problèmes de santé m’accordant beaucoup de temps libre, j’ai enfin décidé de mettre ce goût pour les mots à profit, en partant du principe que c’est la seule chose pour laquelle je sois doué. Tentative concluante, puisqu’écrire m’a immédiatement procuré beaucoup de bien-être, et que mon premier point final m’a fait réalisé que ce n’est finalement pas si difficile.
Aujourd’hui, les idées foisonnent, et j’espère pouvoir leur donner vie à toutes.



 Ton parcours professionnel ?


Avec un BTS commerce assez éloigné de mon profil, je lutte depuis quelques années pour trouver/garder un poste stable. Mes contre-indications physiques n’ont pas rendu les choses aisées, et j’ai connu de longues périodes d’inactivité. J’ai travaillé dans plusieurs enseignes de la distribution spécialisée, pour finalement me poser depuis peu dans un magasin de sport. Mon temps partiel me permet de continuer à écrire, beaucoup moins que l’année dernière certes, mais il faut bien payer l’électricité de mon ordinateur !



 Pourrais-tu, m'expliquer comment t'es venue l'idée d'écrire " L’éveil "? 


L’Éveil est mon premier livre. A ce titre, j’ai ressenti le besoin d’y déverser une grande part de moi-même. Puisque la sensibilité a toujours été ma caractéristique principale, le domaine sensoriel et sensitif s’est imposé de lui-même ; je souhaitais offrir quelque chose à la fois intime et laissant place à l’imagination du lecteur. Il y a donc une petite part autobiographique, mais le cœur du récit est construit sur la base du « Et si ? », laissant ouvert le champ des possibles. J’ai tenté de crédibiliser la plupart de mes divagations par des recherches précises, en tentant surtout d’expliquer scientifiquement ce qui peut sembler improbable.
Le registre policier est venu se greffer sur l’histoire principale, car comme j’avais pu le voir dans certaines créations cinématographiques, l’intrigue d’une enquête permet de mêler très facilement l’émotion à la surprise, le crime à la science, les croyances à la folie… D’après les premiers retours des lecteurs, le mélange de ces deux registres (SF et policier) semble fonctionner.
Enfin, l’éducation occupe dans ce roman une place non-négligeable (pour qui y sera sensible), car c’est selon moi ce qui détermine ce dont nous sommes capables, ce que nous croyons ou non pouvoir accomplir !


 Peux-tu me parler de tes autres romans et de ceux qui sont en projets?


Toujours sur le principe du « Et si ? », j’ai eu envie de bousculer gentiment les croyances populaires, surtout en ce qui concerne la question récurrente de nos origines. Ainsi est né LeBaptême du Soleil, une « odyssée fantastique » comme j’aime le nommer. Ce roman de science-fiction est avant tout un voyage initiatique propice à l’évasion du lecteur, mais en arrière plan – si l’on accepte de rentrer dans l’histoire –, il soulève des questions plus profondes. Avec plusieurs personnages et leurs civilisations respectives, j’ai tenté de semer les graines d’une vision plus globale, en faisant la part belle à leur complémentarité et au pouvoir de l’imagination. Vous y trouverez donc un peu de science, un peu de sentiments, une part psychologique qui me tient toujours à cœur, ainsi qu’un courant porteur que votre âme et votre esprit accepterons ou non d’emprunter. 


Ce premier tome appelle une suite (qui occupe mon esprit et mon temps libre depuis presque 9 mois), laquelle entrera dans le vif du sujet, de la relativité de l’espace, du temps, de la conscience, de la matière, et de l’énergie globale et universelle. Attention cependant, je ne tombe pas dans les extrêmes de la métaphysique ou de la philosophie ; le dosage va largement en faveur du roman (à la manière du cycle Dune si je devais donner un exemple), avec toute l’intrigue et les rebondissements que cela implique.  
Compte tenu de l’avancement actuel de l’histoire, et de la matière restant à exploiter, j’estime en faire une trilogie, mais comme toujours, personne ne peut connaître la direction qu’une histoire empruntera. Il s’agit (plus que je ne l’imaginais) d’une entité vivante dans laquelle les idées vivent d’elles-mêmes ; je tente de les exprimer du mieux que je peux.

J’ai de nombreuses autres idées sur des publications futures : un thriller macabre, un autre géopolitique sur fond de guerre civile, un récit de voyage, et bien-sûr… une suite à L’Éveil ! L’inspiration ne manque pas, reste à savoir ceux qui prendront forme.



As-tu des personnes qui t'oriente dans tes choix pour créer l'ossature de tes romans? les endroits, les personnages, le sujet...etc?


Comme évoqué ci-dessus, j’aime laisser vivre une histoire. Je crée un tissage sur lequel elle évoluera, une finalité et des points de passage cruciaux, mais beaucoup d’éléments et de péripéties ne sont pas préétablis. J’aime penser que je ne suis que l’intermédiaire d’une idée qui m’est tombée dessus, qui a pu trouver chez moi quelque moyen d’expression.
Le sujet part souvent d’une idée forte, d’une valeur en ce qui me concerne, mais peut m’être suggéré aussi bien par une discussion avec un ami que par la lecture d’un auteur pertinent ou le visionnage d’un film bien mené. Reste ensuite à traduire cette idée avec ma propre imagination, c’est la que la magie opère, et chercher à comprendre cela risquerait de la dénaturer.
Donc non, je n’ai pas spécialement de « guide » dans cette aventure complexe, même si je ressens un besoin énorme de partager mon travail, et de recueillir des avis, car le doute me hante constamment.


 Cherches-tu une Maison d'édition et si oui, pourquoi? 


Comme beaucoup d’auteurs, j’ai d’abord envoyé mon premier manuscrit (celui de L’Éveil) à quelques maisons d’édition, essuyant une majorité de refus. Un auteur de SF talentueux, Jérémie Lebrunet, m’a ensuite conseillé l’autoédition sur Amazon ; j’ai donc opté pour cette solution en attendant que…
Je ne cherche plus activement d’éditeur car la liberté de l’autoédition me convient pour le moment.


 Que penses-tu de l'auto-édition et des auteurs indés?


De fil en aiguille, j’ai découvert un univers riche de possibilité, d’individus ayant beaucoup à m’apprendre, et de talents méconnus.
Le seul fait de ne pas avoir à supprimer des lignes ou des chapitres entiers dans une œuvre suffit à justifier le choix de l’autoédition. Un livre reste entier, comme l’auteur a souhaité le voir naître, avec des imperfections certes, mais tellement plus authentique. Nous sommes maîtres de nos publications, et pleinement responsables de nos choix. Evidemment, cette masse d’auteurs indépendants nous donne l’illusion d’un grand bazar d’auteurs en herbe, mais en fouillant bien, nous pouvons y faire de magnifiques découvertes. Pour n’en citer qu’un (désolé pour la poignée d’autres qui ont déjà toute mon admiration), retenez le nom de Iom Kosta, et de son cycle des Anges Gaïens, également disponible sur Amazon. Un éveil à proprement parler, dont la lecture ne ferait pas de mal à certains.
La partie la plus délicate est évidemment la promotion, car la toile ne nous offre qu’une visibilité médiocre, et que la participation à des séances de dédicace ou autres salons demande énormément de temps. Sans tomber dans la facilité des suites interminables de romans sentimentaux (bien que je conçoive que cela puisse plaire), il est donc compliqué de vivre de l’autoédition. C’est je pense – et j’espère – un travail de longue haleine, et je n’ai pas l’intention de lâcher de si tôt !


Merci de m’avoir permis de m’exprimer à travers cette interview, les auteurs sont souvent moins bien connus que leurs œuvres. 


Ou trouver le roman;

Roman; de +- 343 pages

Prix; 2,99€

2 commentaires:

  1. Yaguelle, une lectrice sensible et attentive, qui a accepté de me suivre où je souhaitais la conduire.
    Merci pour ce précieux avis !
    Bastien

    RépondreSupprimer
  2. Merci à toi pour ta confiance et ta disponibilité.

    RépondreSupprimer