vendredi 24 avril 2020

L'Affaire Clara Miller & Olivier Bal


Bonjour mes ami(e)s, voici ma chronique.





Quatrième de couverture,


Son cadavre est remonté, comme celui d’autres femmes, à la surface de l’eau. Six au total… Là-bas, dans les forêts du New Hampshire, le lieu maudit porte un nom : le lac aux suicidées.
Clara Miller était journaliste. Comme Paul Green, le reporter du Globe qui débarque sur l’affaire. Il avait connu Clara étudiante, et ne croit pas un instant à la thèse du suicide.
Un homme l’intrigue : Mike Stilth, l’immense rock star retranchée à quelques kilomètres de là, à Lost Lakes, dans un manoir transformé en forteresse.
L’artiste y vit entouré d’une poignée de fidèles, dont Joan Harlow, redoutable attachée de presse qui veille sur son intimité et se bat comme une lionne dès que l’empire Stilth est attaqué.
Mais Paul, lui, a tout son temps. Dans sa vieille Ford déglinguée, il tourne inlassablement autour du domaine. 

Avec cette question : et si, du manoir, la route menait directement au lac ?
Dans un roman choral vertigineux, Olivier Bal déroule le tapis rouge sang de la célébrité. Jusqu’à l’incroyable vérité.




Trailer







Mon avis,


Nous y voilà Olivier, le thriller te va comme un gant.
Quel plaisir de te relire dans ce registre littéraire. Déjà, dans "Mille Morts", j'ai apprécié à quel point ton imaginaire et ton talent étaient pertinents et acerbes.

Mais revenons à ce nouvel opus.
Bien évidemment, je me suis accaparé ta nouvelle création et bien m'en a pris.

Pas mal de chroniques, sur ce nouvel opus, circulent déjà çà et là.
Mais, mon analyse sera peut-être différente des autres.
Pour être plus précise et comme à mon habitude, je vais l'autopsier et le disséquer à souhait. Oui, c'est ma façon à moi de restituer à l'auteur les ressentis et les émotions qui m'ont accompagnée tout au long de ma lecture.

Et pour commencer, la BO....qui est sublime. Je me suis laissé prendre au jeu et j'ai ressorti les vinyles des Pink Floyd et des Stones...houuuulala, que ça fait du bien au cerveau en ces temps de confinement.😄😏

Après cette éclatante entrée musicale, rentrons dans le vif du sujet.
Comme à son habitude, Olivier n'y va pas avec le dos de la cuillère. Cette allégorie est corrosive et percutante conformément à sa construction narrative.
En effet, le schéma narratif que l'auteur nous présente est à six voix et à la première personne du singulier pour chacune d'elles.



Stilth Mike;
Rock star adulée de la chanson et du cinéma, ça, c'est pour le côté showbiz et public. Le côté privé est à lui seul un aller simple vers les artifices en tout genre et la destruction de soi. 

Paul Green, 
Reporteur au Globe, tabloïde à scandale.... Ami de Clara Miller. 
Paul ne croit pas au suicide de Clara, il va consacrer son temps et investiguer sur cette mort suspecte...au péril de sa vie.

Joan Harlow, 
Attachée de presse redoutable de Mike Stilth. 
Les maîtres mots de Joan sont; que rien ni personne ne peut se mettre sur son chemin et surtout sur celui de son poulain, Mike Stilth qu'elle surprotège en dépit de la morale et d'autrui.


Éva et Noah,
Enfants de Mike Stilth qui vivent en vase clos dans un palais doré en apparence. 


Clara Miller,
Journaliste au prestigieux New York Times, mais pas que....

Voici les six voix qui vont vous narrer chapitre après chapitre leurs vécus sans langue de bois. Vous passerez du présent au passé sans craindre de vous perdre au gré des chapitres grâce à une datation concise.  
Seconde après seconde, vous serrez au plus près de chacun d'eux. Vous vivrez et ressentirez leurs émotions, la douleur et la souffrance. Vous plongerez au plus profond de leurs âmes respectives.
Sans oublier de vous poser une question; 
Qui est le plus à plaindre ou le plus à envier....

 Les personnages sont d'une authenticité et d'un réalisme circonstanciés qui m'ont séduite dès les premières pages. Olivier les a façonnés et leur a implémenté, tels des humanoïdes, une conscience humaine en sachant pertinemment que l'humain peut être d'une grande noblesse, mais a contrario, il peut être de la pire espèce. 
Pour certains, l'empathie vous sera logique et la compassion prendra toute sa valeur. Mais pour d'autres, votre mépris et votre dégoût seront à leurs apogées.   

La stylistique offre une homogénéité qui s'accorde à la perfection à la genèse de ce nouvel opus. La phraséologie est eurythmique et adaptée aux thématiques sans jamais être soporifique. 

Vous immergez dans cette intrigue sera votre passeport pour les paradis artificiels, les paillettes, l'alcool, la défonce.... En résumé, vous serez "en haut des marches", mais la chute sera vertigineuse et vous conduira en aller simple vers les enfers.
Malgré cette avalanche de poudre aux yeux et de fin tragique, j'y ai trouvé de l'espoir en la personne de Paul, qui m'a bluffée...je n'en dirais pas plus....

Bref, un thriller digne de ce nom, comme je les aime. Avec comme chef d'orchestre un auteur qui interprète avec maestria ce sextuor sans la moindre dissymétrie. Les règles fondamentales du thriller sont en tout point respectées et je ne peux que vous le recommander.



L'Auteur








Biographie



Nationalité : France

Né(e) à : Paris , le 16/01/1979
Biographie :

Olivier Bal, né le 16/01/1979 à Paris, est un écrivain français, auteur de polar et de thriller.
Il a été journaliste pendant une quinzaine d'années puis rédacteur en chef de Jeux vidéo Magazine, magazine leader dans le domaine du jeu vidéo jusqu'en février 2017. Depuis, il se consacre pleinement à l'écriture.

"Les Limbes" (2015) est son premier roman

Détaille du produit 

  • Broché : 493 pages
  • Editeur : XO (12 mars 2020)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2374481751
  • ISBN-13 : 978-2374481753


Aucun commentaire:

Publier un commentaire